Phytothérapie et hémorroïdes

Sommaire

Il existe de nombreux traitements contre les hémorroïdes : les crèmes, les médicaments, les traitements en cas de crises hémorroïdales ou contre la constipation, et les opérations. Il existe aussi des remèdes naturels, comme l'acupuncture, l'homéopathie, la phytothérapie, ainsi que l'alimentation et le sport.

De nombreux traitements peuvent être proposés en cas de crise hémorroïdaire. La phytothérapie, en agissant sur la circulation, peut être utile.

Les plantes : un remède efficace contre les hémorroïdes

Une multitude de plantes ont des effets stimulants sur la circulation sanguine. Même si les hémorroïdes ne sont pas à proprement parler la conséquence de troubles circulatoires, des plantes aux propriétés veinotoniques peuvent avoir une action préventive contre les hémorroïdes.

Vous pouvez consommer ces plantes en gélules, en tisane ou en comprimés, ou même en décoction pour les bains de siège.

Quelles plantes choisir ?

Les plantes les plus efficaces sont celles qui ont une action veinotonique, c'est-à-dire qu'elles tonifient les veines pour améliorer la circulation.

Pour choisir, demandez conseil à votre pharmacien.

Les plantes les plus utilisées contre les hémorroïdes sont :

  • la vigne rouge (feuilles), tonifiante, en tisane ou en gélules ;
  • le marron d'Inde, le châtaignier et le sorbier sous forme de macérats glycérinés (MG 1DH) à raison de 10 gouttes de chaque dans un peu d’eau, tous les jours ;
  • la fleur de mélilot, à prendre en général en gélules ;
  • la racine de fragon épineux (effet vasoconstricteur), sous forme d'extrait à boire ;
  • l'hamamélis (feuilles), agit en resserrant les vaisseaux sanguins (propriétés astringentes) : plusieurs pommades ou suppositoires aux propriétés apaisantes à base d'hamamélis existent, diverses études ayant démontré qu'il s'agissait d'un des traitements naturels parmi les plus efficaces contre les hémorroïdes ;
  • la camomille, adoucissante, utile sous forme de bain de siège.

La phytothérapie en pratique

Mieux vaut consommer ces plantes sous forme de cures de quelques semaines à deux ou trois mois dans un objectif préventif ou en accompagnement.

Le coût est très variable, mais il faut compter environ 20 € pour une centaine de gélules.

Il faut toutefois faire attention : les plantes citées et que l’on prend par voie orale sont à éviter pendant le dernier trimestre de grossesse.

Lire l'article Ooreka

Les oxérutines

On parle assez peu des oxérutines (et notamment la troxérutine utilisée en Europe) qui sont pourtant d'une efficacité remarquable et prouvée scientifiquement contre les hémorroïdes.

Aucun aliment ne contient naturellement d'oxérutines. Elles sont extraites par hémisynthèse (procédé qui consiste à modifier une molécule pour la réagencer à partir de ses composés naturels) de la rutine, un bioflavonoïde présent dans le sarrasin, la peau des agrumes et de la pomme, le raisin, les abricots, le vin rouge, les cerises et les mûres.

Les oxérutines permettent de réduire les saignements et la douleur des hémorroïdes à dose élevée (jusqu'à 4 grammes par jour) et elles ont l'avantage de pouvoir être utilisées chez la femme enceinte (500 mg deux fois par jour).

Ces pros peuvent vous aider